Ham stram grammes

Publié le par Dirty Epic

    Suite à un courrier abondant (1 mail), une certaine Caro Ligne, qui souhaite la garder, me demande :
« Cher m. Epic (et colégramme, associés), je vous écris pour me plaindre d'un problème récurrent que mes collègues féminines et moi-même rencontrons. Quand on mange des bonbons, et autres sucreries marsiennes, on prend toujours du poids et même que des fois, quand une religieuse nous fait de l'œil les coutures du jean's sautent ! J'aimerais des conseils de survie, j'ai essayé les régimes dissociés, Weight Watchers, La méthode Sonia Dubois, et j'ai même suivi la méthode Kate Moss avec la drogue et tout. Aidez moi ! »

    Chère K'ro, chez moi aussi les coutures de mon jean's explosent quand je croise une religieuse appétissante (Mais elles sont rares !). Merci de m'accorder votre confiance, mais je ne suis pas le mieux placé pour des conseils nutritionnels ; mes repas sont composés d'acides gras essentiels, acides gras facultatifs, graisses saturées et sucre ajouté. En gros, je mange. Un bon repas chez moi se constitue de la manière suivante :
    - Ouvrir le frigo et constater qu'il est vide. Il est possible de préparer un plat avec du lait de la mayonnaise et de la confiture, mais ça fait vomir ; ce qui offre un gain de temps conséquent pour celles qui voulaient se tourner vers la boulimie (qui je le rappelle n'est pas une solution ; avoir la peau sur les os peut vous mener à y laisser la vôtre).
    - Prendre une veste (et j'en prends souvent en ce moment ), 4 euros, traverser la rue et acheter un bon kebab frites, faire tamponner sa carte (j'ai appris la fidélité grâce un Turc moustachu du nom Hassan) et rentrer pour déguster un bon kebab, accompagné d'une bonne Kro (oui K'ro est bonne, malgré ses lourdes… interrogations).
    - Allumer la télé et regarder au choix : les Sopranos pour rire, Six Feet Under pour se dire que la vie est belle, ou Plus belle vie pour pleurer.
    Chère Car-Online (site de ) Je ne suis pas la personne la mieux designée (par Starck) pour vous parler de poids, chez moi seul l'humour est lourd ; sauf certains jours, quand mon cœur est lourd, et que j'ai gros dessus. Mais comme je suis un éternel donneur de leçon je vais essayer de faire comme la nuit. C'est à dire porter conseil. Le poids est une obsession féminine guidée par des yeux (et des mains) masculins. La torture du regard est parfois lourde de conséquence, et l'humour d'un mec pas fin peut très vite faire mal, même avec un bourrelet de protection.
    Alors je m'adresse à la gente (en alu) masculine : Changez votre regard ! Oubliez les magazines retouchés ou vous ne toucherez plus rien ! Au naturel, les gros seins vont avec les grosses cuisses (sauf cas exceptionnels, mais celles là sont souvent déjà prises). Votre rêve c'est les top bonnasses de Myspace, mais arrêter de loucher sur les formes généreuses d'une fille qui ne l'est pas avec elle-même ! Elle se prive de tout, même d'amour... Donc ouvrez les yeux, regardez les filles, les vraies, celles qui marchent les bras croisés dans la rue, celles qui discutent au café, où qui rient aux éclats parce qu'une pétasse de terrasse surveille sa ligne en buvant du coca light !

    Et mesdemoiselles, sachez ceci, une fille qui n'aime pas manger ne plaît pas, c'est mathématique :
    - On se fait un resto ?
    - Oh non je suis au régime.
    - On se fait un ciné ?
    - Oh non on va manger du pop corn.
    - On va à la fête foraine ?
    - Oh non on va manger de la barbe à papa.
Etc. etc.

    Dans la tête d'un mec normal la conclusion est simple, une fille qui repousse une saucisse de morteau dans son assiette la repoussera aussidans son lit ! L'expression française fait d'ailleurs l'amalgame : "les plaisirs de la chair".La solution est simple : trouvez un mec qui vous aime même avec vos quelques kilos en trop (Attention, je dis "quelques", il faut consommer avec pondération). Un homme bien saura toujours peser le pour et le contre, et il vous aidera à perdre du poids sans que vous vous perdiez, parce qu'une fille maigre comme une année de vache sera toujours moins drôle qu'un bonne (top bonne) vivante.

Publié dans Les constats alarmants

Commenter cet article