Les nègres ont le rythme dans la peau.

Publié le par Dirty Epic

  Il m'arrive parfois de ne pas écouter de musique. Parfois quand je dors, plus souvent quand ma femme veut me parler. C'est d'ailleurs une source inépuisable de conflits malencontreux. Si je veux raconte ça, c'est que la semaine dernière j'ai eu l'occasion de parcourir près de 600 kilomètres dans un véhicule ne possèdant même pas un lecteur CD. Je suis devenu tellement dépendant des autoradios et autres outils de baladodiffusion que j'ai essayé de glisser mon iPod dans le lecteur cassette en croyant que c'était un dock de connexion ultra design puisque rétro 90's.

Ca n'a malheureusement pas marché, du coup j'ai appuyé sur le bouton AM/FM pour me sentir moins seul. Et comme un malheur n'arrive jamais seul, la seule station que je pouvais capter fut Europe 1. Et dans ce genre de situation, il y a toujours Dieu qui me regarde depuis son nuage de la chapelle Sixtine et qui se marre encore plus en voyant que c'est l'émission de Marc-Olivier Fogiel et que son invité n'est autre Pascal Nègre, le patron d'Universal France.

Finalement je me résolus à écouter cet entretien qui s'annonçait édifiant, pour ne pas dire édibarclay.

Et d'une oreille distraite, la même  que j'utilise pour entendre les disques Universal (sauf Lady Gaga), je note ceci :

"Un artiste qui fait un disque d'or (...) gagne 2000€ par mois".

J'étais curieux, je me disais qu'être disque d'or c'est quand même vendre 50000 disques, et je me disais aussi qu'un artiste Universal (oxymore) n'écrivait ni ses musiques, ni ses paroles, et que donc il gagnait moins de sous qu'un compositeur interprète. Alors j'ai cherché vite fait des camemberts de prix de disque, pour comparer et vérifier pixel noir sur pixel blanc qu'une Amel Bent ou qu'un Joyce Jonathan gagnait approximativement 0.90€ par disque. C'est pas beaucoup, mais x50000 ça nous donne 45000€.

2000€ par mois en sortant un disque tous les deux ans, c'est quand même très confortable. Et ce calcul prouve que Pascal Nègre connaît très bien son métier : vendre des disques et rien d'autre. Car si on prend des disques au pif, même des moins connus, comme la désagréable ZaZ ou le plutôt talentueux Ben l'Oncle Soul, on se rend compte que 90% de ces gens (et je n'ai regardé que les artistes francofrançais qui ne vendent quasiment qu'en France pour ne pas casser le calcul) passent à la radio et à la télé, ce qui fait une sacrée rentrée d'argent. Et pour finir il y a les concerts, vous savez cette musique qu'on paie très cher mais qu'on ne peut pas garder, si ce n'est en souvenirs et en acouphènes ronronnants. Et ça ça rapporte un sacré gros paquet de thunes, puisqu'un artiste correct se met au moins 1000€ dans la poche pour un concert.

Ca, bien évidemment c'est pour les disques d'or.

Je ne vais pas faire dans le populisme et dire comme Pascal Nègre le dit si bien "le producteur n'est pas un rapace ou un parasite de la musique", parce que je pense que c'est faux, et qu'un producteur est utile dans la diffusion de la musique. Mais quand j'entends un type se vanter d'être un découvreur de talent dire que les artistes les plus riches sont des "pauvres", c'est vraiment se moquer du travail laborieux de ceux qui composent, écrivent, chantent sans trouver de public. Et c'est se moquer des gens qui aiment la musique et qui ont vraiment honte d'avoir téléchargé le premier album de Salem et qui vont à la Fnac pour réparer leur "vol" mais qui se rendent compte que tous les disques qu'ils voudraient acheter ne sont pas en rayon.

 

Monsieur Guerlain, la prochaine fois que vous parlerez de "travail de nègre" citez plutôt Pascal, le philosophe des troubadours.
PS : l'album de Salem s'appelle King Night, c'est un mélange de r&b, de chants angéliques, de mysticisme et de synthés saturés. Le specte de Burial n'est pas très loin de ces messes noires sublimes et envoutantes.

 


 

Publié dans Musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Béa 28/11/2010 13:06



Surtout on apprends les cadres de l'industrie du disque continuent à percevoir des salaires royaux en se ventant de produire de bons disques, de nouveaux talents comme renan luce! 



El Marido! 08/11/2010 21:08



comme toi je peux pas me passer de musique


j'en ai tout le temps:  dans la voiture, au boulot, sur mon pc, et sinon dans ma tête


pascal nègre, il aurait dû s'appeller Négrier. Découvreur de talent tu parles, il signe juste des artistes qui sont en train de percer et de faire leurs preuves.


0,90€ par disque, c'est si tu as un contrat en or. Didier Super (que j'adore et que beaucoup détestent) a dit toucher 0,14€ par CD et préférer qu'on pirate son disque et vienne à ses
concerts.
même à 0,90€ par disque, ça en fait beaucoup dans la popoche du producteur et de la maison de disque, non?


Idem pour Trent Reznor / NIN qui a finalement pu mettre fin à son contrat chez Universal (et oui, il n'y a pas que lady gaga chez universal!) et vit très bien en autogestion.


Salem, oui, bien sans plus. En ce moment je suis plutôt Daft Punk, The Young Gods, NIN et Robyn.



Dirty Epic 08/11/2010 21:35

Pour Didier Super, je pense que son contrat a été vu à la baisse car c'est un sacré électron libre et que Universal l'a signé sans savoir ce qu'il allait faire. Et il a sans doute eu une avance, puis 0,14€ par disque... On ne saura jamais tout. Il n'empêche : il n'est plus chez Universal :-p et pour Reznor, c'était de l'amour vache, il s'était négocié un contrat en or pour 10 albums et gérer la section Interscope, mais il a vite déchanté, c'est pour ça qu'il sortait des albums de remises, pour sortir vite de sa prison dorée. Et pour Salem je trouve ça sublime, ma découverte de l'année avec FM Belfast je pense.