Poésie, osez pis !

Publié le par Dirty Epic

Une amie récemment promue professeur des écoles - dont je tairais le nom si elle veut garder sa place - m'a donné à lire ce superbe poème (récitation comme on dit chez les jeunes) pour vérifier si elle avait l'esprit vraiment mal tourné ou si ce texte aux rimes suffisantes avait un sens interdit.


Mon arbre à moi
        par Christian Poslaniec

Lorsque je le caresse,
Mon arbre apprivoisé
Se dresse
Sur la pointe des feuilles
Dans le vent.
Alors moi je lui cueille
Un bouquet d'oiseaux blancs
Et il remue la tête
Heureux
En souriant
D'un grand rire d'écorce
Pour me faire la fête.


Ce poème a été trouvé sur un site de ressources pour professeurs, section CP-CE1.
Si un jour je fais réciter ça a mon gosse, je le change d'école.

Publié dans La brique à Braque

Commenter cet article

Eluna 17/11/2007 19:19

Merci Fred de m'avoir rassurée sur ce point, déjà que j'ai les parents sur le dos, imagine avec un poème pareil à réciter!C'est quand même dingue! J'en suis revenue au typique "les feuilles tombent, rouges jaunes et or ... bla bla bla" , d'accord c'est barbant mais c'est moins sujet à polémique!!

alaligne 16/11/2007 10:44

Bonjour Dirty Epic... C'est avec grand plaisir que je t'ouvre les portes de ma communauté "L'écriture dans tous ses états". J'espère que tu y trouveras un lieu de partage, de libre expression et de large diffusion de tes écrits.Au plaisir de te lire,Amitiés,Alaligne

Alexandre 15/11/2007 23:07

Non, non, le mot écorce, ça va, j'ai aps trouvé de sous-entendu. Ah ben si... le prépuce.

Clo 15/11/2007 21:06

Coucou phallus raide !

Dirty Epic 16/11/2007 09:36

Un grand mystère vient de tomber... ;-)

va l'r 15/11/2007 18:23

J'ai toujours peur des sens cachés des poésies et lorsque j'ai un doute, je préfère m'abstenir....