Stage sans rapport

Publié le par Dirty Epic

8h31, revue de presse de Clotilde Dumetz sur France Inter :
    Je souris poliment (mélange de poli-tique et de men-songe) en écoutant que le monde va mal. J'ai déjà doublé 3 tracteurs et 5 camions, et sur les routes de campagne c'est toujours bien dangereux, surtout quand il pleut. En plus il faut faire attention et accélérer raisonnablement, car les breaks blancs banalisés arrêtés sur les bords de routes sont rarement des touristes belges en pause pipi.




9h, arrivée au musée :
M. le conservateur : - Bonjour.
Moi : - Bonjour.
M. le conservateur : - Vous allez bien ?
Moi : - Oui et vous ? Ca avance votre maison ?
M. le conservateur : - Oui, j'ai commencé les plafonds.
Moi : - C'est bien.
M. le conservateur : - Oui... Voila voila... à plus tard.

    C'est toujours valorisant de discuter avec des gens cultivés. M. le conservateur a dû être très flatté après ce fascinant échange verbal. Bon d'accord je ne suis pas du matin, et c'est dur de partir dans la gauDriole après une heure d'info sur France Inter à entendre que la Bourse monte, que la température descend, que la gauche se ramollit et que la droite se durcit.

    Installé à mon bureau je m'aperçois que j'ai oublié mon livre d'Histoire de la Photographie. Encore une journée de perdue à ne pas pouvoir rédiger ma conférence. Il faut dire que j'ai mal dormi cette nuit, un problème me turlupinait : j'ai passé mon dimanche soir sur Photo Shop à réaliser un superbe montage que vous avez sans doute vu, et les plus finauds d'entre vous ont remarqué la superbe couille (pardon) coquille (et voilà encore une coquille ! Vous avez vu ? vous mettez un Q dans une couille ça fait une coquille !). J'ai d'abord cherché comment je pouvais mettre fin à mes jours, mais je n'arrivais pas à me décider entre l'électrocution nautique, la pendaison luminaire et l'overdose pharmaceutique. Finalement je trouvais cette solution de fuite trop facile, et indigne d'un homme de mon envergure (petit et maigre). Je me vis contraint d'inventer l'excuse la plus bidon qui soit, la voici en exclusivité :
« Les erreurs typographiques et autres coquilles dans les journaux à grand tirage (les journaux nationaux sont comme les filles faciles, ils se font beaucoup tirer) sont toujours l'occasion pour les lecteurs attentifs et cultivés de se faire briller dans le Courrier des Lecteurs. Et je trouvais plus judicieux de vous laisser vous même repérer l'erreur de frappe (PAF) et me la signaler que de dire "kikoo lâchez vos coms lol xptdr :p"

10h48, sur l'ordinateur :


   Je joue sur le tapis vert, solitaire, au solitaire. Je suis interrompu par la chargée de com (lâchez vos coms !) qui m'apporte en main sale mon invitation pour le vernissage de l'exposition pour laquelle je travaille.
1. Ca permet d'économiser un timbre puisqu'ils augmentent à partir de ce lundi.
2. Je vais pouvoir me taper du champagne et des amuse-gueules gratuitement payés par vos impôts.

12h37, Repas :
    Je suis devant une assiette kebab fort appétissante, mais comme (lâchez vos coms !) la proportion de salade est conséquente (1/3 de l'assiette) je commence à douter de mon statut d'être humain… L'évolution a fait que l'homme s'est mis à chasser pour ne plus avoir à manger de verdure ! Je déguste mes bouts de mouton en contemplant les deux Turcs qui s'amusent à cisailler un méchoui reconstitué. Je signe le dernier chèque de mon chéquier, parce que dans ces coins reculés de la campagne française, il n'y a pas de distributeur.

13h12, Sieste :
Mon instant détente de la journée, allongé dans ma voiture, j'écoute Massive Attack, Birdy Nam Nam, Boards Of Canada et Radiohead. Le mode shuffle des baladeurs MP3 est la plus belle invention de l'homme (Après bien sûr l'invention de la musique, du support musical, de la numérisation, du format MP3, et du baladeur audio sans qui le mode shuffle serait bien inutile).

13h30, Retour au musée :
Moi : - Rebonjour.
La conservatrice adjointe : - Rebonjour.
Moi : (pour la 3e fois depuis le début de mon stage) - Si vous avez besoin d'aide sur quelque chose en particulier, n'hésitez pas, j'ai un DEA en collage de timbre, une maîtrise de léchage d'enveloppe et un doctorat en vidage de corbeille.
La conservatrice adjointe : - Concentrez-vous surtout sur l'exposition, préparez les animations photo pour les enfants.
Moi : (m'en allant en marmonnant dans ma barbe – flemme de me raser) - Ca fait une semaine que j'ai fini alors soit je suis super fort et je bosse vite et bien, soit je suis super nul et je bosse vite et mal. (auto-satisfait, je choisis la première solution)

    Finalement je prends un livre de Elliott Erwitt et je me dis que cet artiste est le Chaplin de la photographie.



14h42, Fiche-jeu pour les enfants sur Elliott Erwitt :
    Je rigole tout seul (l'un des premiers symptômes de la folie paraît-il). Je mets mon walkman pour me motiver et faire passer le temps plus vite. Je travaille toujours plus vite en musique, surtout quand j'écoute Olaf Hund ou Unreasonable Behaviour de Laurent Garnier. J'ai toujours le sentiment de me faire engueuler quand je mets mon walkman pour travailler… Genre il y a un incendie, je n'entends pas l'alarme, et le conservateur est responsable… Ou pire, je me fais une session Hardcore et sous les coups de la fatigue et de la violence barbaresque je me saisis d'un coupe papier, la bave aux lèvres, les yeux révulsés, et je tue le temps en ouvrant mon courrier.

16h30, Fin de journée :
    Et oui il est tôt, mais j'ai encore de la route à faire, et je suis comme (lâchez vos-PAF Ta gueule !) au collège, dès que j'entends une cloche sonner, c'est un réflexe pavlovien, je dois sortir. Donc je dois me retenir tous les quarts d'heure de choper mon sac au son du clocher local et de partir dans les escaliers en courant. Sauf que les escaliers en colimaçon médiévaux sont très raides, alors je suis parti discrètement, sans faire de bruit, sur un grincement de porte.

Publié dans Mes humeurs

Commenter cet article