Cale-en-Bourg

Publié le par Dirty Epic

    Câle-en-Bourg, petit village au dessus de l'Ain, entre Troyes et Sète, est renommé pour son humour à fleur de pot de fleurs. C'est ici que naissent les humoristes les plus drôles, et si vous ne me croyez pas, il suffit de vérifier : Jean Marie Bigard n'est pas né à Câle-en-Bourg.
    Dans ce petit hameau de 257 habitants (ah on signale que madame Yvette Brouchard vient de décéder, on passe à 256), la blague la plus fréquente est le coup de la panne. Ce n'est pas que les voitures soient fragiles, mais après le bal, les garçons, vois-tu, raccompagnent les demoiselles et quand ils calent en bourg, c'est le succès assuré ! « Femme qui rit moitié dans son lit » qu'ils se disent, mais la deuxième moitié est beaucoup plus dure à faire rentrer, même quand la femme est pliée de rire ; alors les conscrits de Câle-en-Bourg rentrent seuls, se rendant compte qu'ils calent plus qu'ils ne bourrent ; et ils roulent à fond (de cale) d'Hambourg à Vaince-en-Time. (On me signale que Georges Fédon vient de mourir en lisant ces lignes, le village passe à 255 pendant que les jeunes passent à 140).
    Quand ils roulent cool, les Câlins partent sur les chapeaux de roux. Et les rouquins, blancs de colère, deviennent marteaux. Mais les chapeaux de roues servent surtout à les couvrir en cas de pluie, car le garage local n'a pas de pneus Mony (pneus qui se gonflent avec une simple pompe Funèbre, d'ailleurs les pompes funèbres marchent très bien à Câle, les habitants sont tous morts de rire). Et les gars ragent ; regardant les filles ils se disent qu'elles n'enlèveront pas leurs bas tôt. Car les hommes sont tous des ports, ils attendent qu'une chaloupe vienne mouiller près de leur bite d'amarrage (Revenez ! revenez chers lecteurs !).

    La spécialité culinaire de Câle est le calembert (vous savez, j'en ai déjà parlé, et Jeny dira que je me répète, et jé nie pas, mais quand je tiens le bambou, je vous bas au baby-foot). C'est un fromage nourre, y sent, on peut même dire qu'il cale ! Et il vous cale où que vous soyez, car les murs ont des oreilles, le caprice des yeux.
    Telme-en-Bourg et Câle-en-Bourg sont jumelés depuis 1807, c'est pourquoi il est recommandé de boire, du vin novembre au cuite octobre, car le beau, je l'ai, mais le laid, je l'ai pas. Et le lait ça tourne, mon dieu comme ça tourne… je vais me faire un con primé, ça me fera de l'effet ralgan.

Publié dans La brique à Braque

Commenter cet article