Echecs et mate

Publié le par Dirty Epic

                                        La vie est en noir et blanc
                                        Je peux être tour à tour
                                        Un cavalier une tour
                                        Mais je suis un pion devant

                                        Début j'avance de face
                                        Et je cogne de profil
                                        Devant les grands je m'efface
                                        Quand on est fort c'est facile
                                        Je vends ma vie à la reine
                                        Je meurs d'amour et de peine
 
                                        Et voici les tours qui guettent
                                        Elles protègent reine et roi
                                        Bien que loin d'être parfaites
                                        Elles tentent de résister
                                        Aux assauts sans fin des doigts
                                        Quand la pièce doit tomber
                                        Ces colossales colonnes
                                        Après deux coups abandonnent
 
                                        Un soldat prend le relais
                                        C'est une pièce montée
                                        Et sans son haume il est laid
                                        Ce cavalier effronté
                                        Et d'un éperon trop dur
                                        D'un coup il tue sa monture
                                        A vouloir aller plus loin
                                        Il s'est retrouvé sans rien

                                        Les fous sont seuls à côté
                                        De la famille royale
                                        Famille pourtant cotée
                                        Mais rarement loyale
                                        Les fous font tout de travers
                                        Et pour approcher la reine
                                        Eblouis par des phosphènes
                                        S'étalent plus bas que terre


                                        La reine de sa superbe
                                        Contemple les hommes morts
                                        Pour elle couchés dans l'herbe
                                        Elle va où elle veut
                                        L'homme mort a des remords
                                        Il n'a pas eu ce qu'il veut


                                        A la fin je suis le roi
                                        Immobile et résigné
                                        J'attends la mort désignée
                                        Avec la force d'un Grec
                                        Et une dernière fois
                                        Je contemple mes Echecs

Publié dans La brique à Braque

Commenter cet article