Le digue du Blog-Trotter

Publié le par Dirty Epic

        J'espère être à l'auteur de vos espérances quand vous élisez mon blog. Hier une éditrice enrhumée m'a téléphoné pour me dire : "je lis tout ton blog". J'étais tout content, " ouah trop bien ! Un blog édité comme Je nique c'est mythique, avec moins de cul donc moins de lecteurs, mais tout de même !" mais j'ai très vite ravalé ma joie quand j'ai compris que derrière le rhume se cachait : "je nie tout en bloc" parce qu'elle ne voulait pas me dire combien il y aurait d'acheteurs potentiels pour mon futur ouvrage.
        Car oui je vais être publié ! Mais pas dans la catégorie fiction… plutôt dans la série biographie historique, moins vendeur, moins glamour, mais tellement classe et intellectuel. Ma grand-mère achètera Henri Bellieni, un photographe nancéien et me dira "les images sont jolies", puis l'ouvrage finira par caler un pied branlant de sa commode… (Bon en fait c'est pas vrai ma grand-mère est un amour, c'est ma première fan, même qu'elle a fait 250km pour venir à ma conférence, et ça c'est vraiment gentil). Donc guettez bien vos Fnac et vos libraires spécialisés en 2007, je ne serai pas en tête de gondole à Venise !

        Un jour j'aurai le courage d'écrire ivre nul (pardon les lettres se sont mélangées, je voulais écrire "un livre"). Je ne sais pas encore de quoi ça parlera, mais j'ai déjà le titre : Génie. Comme ça les journalistes me présenteront en disant "Dirty Epic, auteur de Génie…". Mon second livre s'appellera Grand Talent, et même si mon style est merdique les gens seront obligés de dire "Dirty Epic, auteur de Génie et de Grand Talent…". Comme le succès d'un livre ne se fait que sur l'opinion de quelques journalistes, je sens que cette pub pourrait faire vendre.
        Et je parlerai de moi à la 3e personne puisque Dirty Epic est un de mes lego raté (pardon les lettres se mélangent, je voulais écrire "alter égo").

         Pour le moment je dois me faire une place parmi les "érudits locaux" (ceux qui sont suffisamment bêtes pour se croire supérieurs à la masse rurale, mais suffisamment intelligents pour comprendre qu'ils sont loin de l'intelligentsia de la capitale). Et je dois aussi appeler mon éditeur (local lui aussi) pour le pousser au cul pour pas qu'il m'oublie, ça arrive trop souvent.
     Et je dois aussi adapter Dirty Epic dans la vie sociale du monde réel. Parce que Dirty Epic c'est un peu une version définitive du logiciel de ma vie, alors Frédéric H. est pour le moment une version démo, incomplète. Si quelqu'un sait comment pirater un numéro de série sur un Fred.h.ver.1.0 dites le moi vite, je dois insérer disque Fred.h dans lecteur Vie.act 23.4b...

Publié dans Mes humeurs

Commenter cet article